AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I licked it, so its mine ツ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pookie

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 29/11/2015
Couleur : #003366

MessageSujet: I licked it, so its mine ツ   Lun 18 Jan - 23:04

Levi Marshall

Feat. Carlos Maro






Quand un nouveau mec s'était installé dans l'appartement à louer juste en face, de l'autre côté de la rue, Levi n'en avait pas fait de cas. Les nouveaux voisins étaient chose courante, personne ne semblait s'attarder longtemps. La première était partie au bras d'un Cubain, son successeur avait été mis dehors après une nuit particulièrement pénible où il avait égorgé une dizaine de chats et réveillé tout le voisinage. D'accord, il avait été précisé par la suite que les hissements et les couinements étranglés ne provenaient pas d'animaux sacrifiés, mais personne ne connu jamais la véritable cause et la rumeur perdura. On ne revit plus jamais ce mec. L'arrivée de ce nouveau n'était pas une grosse nouvelle, avec un peu de chance il serait tranquille et ne ferait de problèmes à personne, mais rien de bien digne d'intérêt.

Pendant un moment, il ne l'avait qu'entraperçu de temps en temps. Arriver en même temps que lui, sortir en même temps que lui, de banales coïncidences auxquelles il ne portait guère attention. Un salut de la tête occasionnel résumaient leurs seules interactions. Un voisin tout ce qu'il y a de plus ordinaire. Quand même mieux que la vieille d'à côté.


Levi avait bien fini par lui porter attention. Ce n'est pas qu'il faisait exprès, simplement que leurs fenêtres se trouvaient l'une en face de l'autre et que monsieur, de l'autre côté de la rue, ne fermait jamais ses rideaux et semblait être muni d'un éclairage hors pair qui lui donnait une vue particulièrement claire. Tout ce qui se tramait devant cette fenêtre était à sa portée. Y compris ce qu'il ne voulait pas voir. Il avait déjà trouvé bizarre qu'il commande autant de pizza, mais après, il mangeait bien ce qu'il voulait. Sauf qu'il avait fini par comprendre, en voyant le livreur rentrer ce soir-là. C'est par simple curiosité qu'il était sorti sur son balcon, prétendant lire un livre avec un coupe de vin, gardant un oeil sur la situation de l'autre côté de la rue.

Ce qu'il vit ... Il aurait encore préféré ne pas le voir.


...

   Levi Marshall
  À l'instant ·

A dude can masturbate to another guy and not be gay right ?


J'aime · Commenter ·  Désactiver les notifications · Promouvoir · Partager


Allongé sur son lit, évitant soigneusement de regarder les mouchoirs traînant sur la table de nuit, il laissa son portable sur les draps le temps d'aller fermer les rideaux du salon et les lumières, et se resservir du vin. Not drunk enougn for that shit.
Reprenant place sous les draps, l'ordinateur reposant sur les abdos, il fronça les sourcils à la vue des commentaires qui avaient ... afflué, en si peu de temps. Okay. Wow wow wow.


   Levi Marshall
  À l'instant ·

IM NOT GAY its for a friend


J'aime · Commenter ·  Désactiver les notifications · Promouvoir · Partager



Way to go. S'il s'attendait à ce que ceci arrange les choses, clairement il n'avait pas calculé son affaire comme il faut. Ces gens, qui commentaient à tout va, ne faisaient clairement rien pour l'aider et le mettre plus à l'aise; déjà qu'il frôlait la panique intérieure à la simple pensée de ce qu'il avait fait, confronté à l'acte et à la sensation qu'il en avait tirée ... Shit.


   Levi Marshall
  14 min · Modifié

A dude can masturbate to another guy HAVING SEX so not really to the guy himself but to the act in general so its more like porn, and not be gay right ?


J'aime · Commenter ·  Désactiver les notifications · Promouvoir · Partager


Better. All good.
Il ne s'attarda pas plus, poussant un soupir et refermant rapidement le portable pour le déposer sur la table de chevet. À côté des mouchoirs. Fuck.
Ce n'était clairement pas un problème et ça ne voulait rien dire. Sa conquête du soir avait annulé leur soirée et il avait simplement besoin d'un peu d'action, besoin qui s'était traduit en pulsions soudaines face à l'acte à proprement dit. Voir son voisin baiser devant sa fenêtre, homme ou femme, l'acte restait le même et il était tout à fait normal de ne pas y être indifférent. Il allait oublier cet incident, passer à autre chose, agir normalement.


Chose qu'il fit, en s'y appliquant plutôt bien. La vie repris son cours, la drague de deux ou trois femmes sur Tinder entre son jogging matinal, le boulot et un tour au gym. Il ne fut plus confronté au saucisson martelant vigoureusement un trou non-propice à la chose, et ce presque avec une pointe de déception qui lui donna envie de se frapper la tête contre un mur. La semaine passa sans mal, sans autre incident, mais la suivante fut pire que tout. Quatre soirs. Quatre soirs de pure horreur plaisir. Il résista le premier soir et ferma le rideau. Observa curieusement au deuxième, chaud entre les cuisses, humide même. Osa répéter l'action le troisième soir, carrément honteux mais pas moins actif pour autant, à gestes hâtifs et précipités.  Le quatrième soir ... le quatrième soir, il prit son temps. S'installa confortablement sur son balcon, dans l'air encore tiède de soirée, et fit bien les choses. En douceur, en lenteur, well lubed pour faire durer. La synchronisation était difficile sans les sons, rien qu'en image et imagination, il essayait de connecter, mû par un désir nouveau de ne faire plus qu'un. Le souffle court, les jambes un peu tremblantes, il s'était joint à lui, à l'unisson dans un espace temporel commun, mais physiquement éloignés. Le quatrième soir, quelque chose se brisa.


   Levi Marshall
  À l'instant

Fuckin little italian shit and ur fkin pretty face go to hell


J'aime · Commenter ·  Désactiver les notifications · Promouvoir · Partager


....


Il aimait les femmes.
C'est ce que Levi se répétait en boucle depuis la dernière demi-heure, rageusement, intensément, avec toute la conviction dont il était capable. C'était ce qu'il se disait alors qu'il traversait la rue en retour vers chez lui, avec sa tasse de sucre et de la chaleur dans le bas du ventre. C'est ce qu'il disait toujours, à voix haute et dans sa tête, en mélangeant vigoureusement les trois premiers ingrédients de son gâteau.
La conviction se faisait moindre, tandis qu'il traversait une deuxième fois direction chez le voisin, faisait face aux yeux bleus d'une intensité sans pareille et trébuchait presque dans ses mots à la demande de farine. Le retour chez lui se faisait carrément en abandon, admettant peut-être enfin le fait que ce gâteau, c'était une excuse pour voir le voisin en HD, en gros plan sur écran géant, pour être assez prêt pour distinguer les détails de ses iris et sentir son odeur. Damn, il voulait casser les jambes de ce livreur de pizza. La troisième traversée arriva, plus hésitante encore, le coeur battant, confus, perdu, horny. Il détestait cet italien.

« Me again. How surprising. I ... uh ... Do you have some milk too ? Sorry there's only me to bake a cake when I got none of the ingredients, I'll make it up to you someday »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piggy

avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 29/11/2015
Couleur : #336600

MessageSujet: Re: I licked it, so its mine ツ   Mar 19 Jan - 0:19

Valentino Ardizzone
Feat. Salvatore Vita


     


L'Italie, rien à voir avec ce pays. Pour un bien comme pour un mal, il l'avait pourtant quitté, pour un autre à l'autre bout du monde. Différent, en tout point, mais qui pourtant ne lui déplaisait pas. Une folie qui lui avait donné des temps plus dur à lui et sa langue, qui n'avait su que dire d'autre au tout début que " yes " et " no ". Il peinait encore aujourd'hui, à tout comprendre, lui et son accent des plus prononcé mais oh combien fantastique. Il avait son charme, il avait le don de dire peperonni de la façon la plus sexy qui existe. Et pourtant c'était naturel chez lui. Il faut croire qu'il n'avait jamais vraiment eu besoin de grand chose, pour avoir une compagnie au goût de café instantané. Dissipé, aussitôt que l'eau y fut mélangé. Il avait ce qu'il voulait, tout comme ce qu'il ne voulait pas. Il avait apprit à prendre ce qui passait, sans plus chercher le sens que la vie cherchais à lui démontrer. Simple d'être, simple d'esprit, sans casse-tête.

Il suivait ses instincts, ses pulsions de vie qui l'avait poussé hors de chez lui. La lassitude peut-être, laissant derrière lui cette moralité du coeur. Il s'était perdu trop longtemps, dans le monde des grands, dans cette illusion. Son regard se fondait dans la masse, avec une certaine douleur liée aux souvenirs que lui remémorait les lieux. Le besoin de quitter, lui fut comblé. Something nice, something fancy, parmi le peuple qui bougeait à tout va dans les rues. Il pouvait bien se le permettre, avec sa belle gueule qui lui était bien payante. Un restaurant chique, avec les pourboires qui venaient avec. Malgré son savoir, l'enflure de sa tête lui était bien rapidement passé, avec le temps. Ce que l'on croit parfois être la chance, peut aussi avoir sa part de malheur.

Il avait emménagé, lui, et sa grande tranquillité. Valentino ne dérangeais personne, dans son espace, dans ses salutations brèves des voisins. Il ne tuait pas des chats, ni quoi que ce soit. On pouvait certes l'entendre de temps en temps, mais c'était pour faire taire son chien, sous sa langue maternelle. On pouvait tout aussi bien le voir, lui et, ses tendances du peu habillé. Certain dirons que c'est pure exhibitionniste, du narcissisme peut-être. Mais pour lui il s'agissait de l'amour de la vue. Les rideaux, qui cachent, il n'en voulait pas. Faute de ne pas être en plein dans le monde, il compensait en l'observant.

Parfois, il était l'observé, peu conscient, s'en fichant bien éperdument au final. Trop occupé, à donner un pourboire des plus original à ces livreurs qui venait combler ses moments de paresse. Call him easy man, ça le faisait bien rire au final. De voir une tête perdue en disant le prix, la concentration dérivée vers les pulsions qui sortaient les pires des lapsus. Le décors disparaissait parmi le reste, pour les quelques minutes qui leurs était accordé. Du moins, pas complètement... Un regard, sa passe sans plus ni moins. Une fixation par contre, sa viens déranger, à sa façon. En plein moment de paiement de service, des billes claires qui avaient trouvées leur chemin chez le voisin, découvrant celui qui s'était invité à la partie. Rien qui ne l'empêchait d'arrêter, l'attention de retour sur l'autre, tout en gardant la pensée du voyeuriste. Il en rajouta, autant pour son plaisir personnel que pour celui, décidément, de tout les autres.

Il n'en fit pas un plat, ne chercha pas à comprendre ni chercher conflits chez l'observateur. C'était vite passé, vite oublié. Quoi qu'il avait profité du reste de la soirée pour déguster sa pizza plus près de la fenêtre. Avec cette boule de poil énervante qui quémandait sa tranche de peperonni. Il avait même oublié, en partie, lorsqu'il vit pour la première fois depuis tout ce temps, le visage de plus près de ce jeune homme.

À la toute première demande, il l'avait observé, se retenant de passer le commentaire de suite, à lui demander s'il ne s'agissait pas là d'une excuse. Aller voir son voisin d'en face, de l'autre côté de la rue. À croire que non seulement son bâtiment au complet était à sec de sucre, mais aussi les étages plus bas dans son propre bloc. Le sourire coquin avait sa raison d'être. Persistant aux autres voyages, sans jamais que le soulignement ne se fit.

Valentino ne disait pas grand chose, se contentant de lui donner ce qu'il avait de besoin. La troisième était vachement démengeante au final. « If you wish to cook in me kitchen you can. » Il avait rit, chaudement amusé, laissant sa porte grande ouverte avec cette fois-ci, l'intention de ne rien aller chercher. Plutôt évidente alors qu'il lui faisait signe d'entrer, se perdant dans le bruit de ses armoires s'ouvrant. « Take all you need signore. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pookie

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 29/11/2015
Couleur : #003366

MessageSujet: Re: I licked it, so its mine ツ   Mar 19 Jan - 17:12

Une invitation dans le repère de la bête. Il s'attendait bien à tout sauf ça. À un agacement, peut-être, à un commentaire qui lui signifiait clairement qu'il ne servait à rien de revenir, il n'avait plus rien à lui donner et en avait marre de le voir débarquer. Mais une porte grande ouverte, Levi ne l'aurait jamais vu venir. Il resta planté là sur le pas de la porte pendant de longues secondes, plutôt perturbé, un sourcil relevé de surprise. Risquant un petit pas à l'intérieur et s'étirant le cou pour tenter de voir ce que l'homme faisait, il le surpris à ouvrir toutes ses portes d'armoires en le laissant libre de se servir. C'était ... une occasion à saisir. Peu importe ce qu'il voulait dire par-là.

« I ... will be right back, then »

Parce que s'il voulait cuisiner ici, il lui fallait bien sa préparation déjà amorcée de gâteau. Ceci expliqua donc le fait qu'il sortit en refermant la porte derrière lui, traversant presque à la hâte la rue et levant un doigt d'honneur à l'homme qui osa le klaxonner depuis sa voiture; PRESSÉ, OKAY. Dès chez lui, il referma la porte, s'y adossa et poussa une longue expiration un peu tremblante. Il avait pas juste la gueule du plus chaud Italien qui existe dans le monde, il avait l'accent qui venait avec. Damn this dude.

Deux minutes plus tard, il rouvrit les yeux qu'il n'avait pas eu conscience d'avoir fermés et passa ses deux mains contre son visage, sa mâchoire. C'était déjà long, simplement pour attraper son bol et retourner. Il ne pouvait pas vraiment se permettre de s'attarder plus longtemps sans éveiller de soupçons, même si l'envie de simplement s'adonner à un petite plaisir solitaire le tiraillait déjà. Un peu d'eau sur le visage, quelques grandes respirations et, son mélange en main, il traversait encore une fois la rue. Pitié, faites que la vieille d'à côté ait d'autres chats à fouetter et ne soit pas en train de s'adonner à son passe-temps préféré, épier la rue.

Arrivé devant la porte de son voisin d'en face, Levi prit l'initiative de ne pas frapper et d'entrer cette fois par lui-même, donnant suivante à l'invitation précédemment faite. Il se dirigea vers ce qu'il avait compris être la cuisine, osant un petit sourire en désignant son bol « How about we finish that cake, uh ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piggy

avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 29/11/2015
Couleur : #336600

MessageSujet: Re: I licked it, so its mine ツ   Jeu 21 Jan - 10:42

Un amusement simple et pur, ressentit par un homme avec qui, il en fallait beaucoup plus pour venir à bout de ses émotions positives et zen. Car il savait, car il se doutait, le pourquoi de son sourire en coin qui ne voulait le quitter, et qui attendait juste le bon moment pour lancer la balle à cet inconnu. Quoi de mieux que le déstabilisé pour alimenter le tout? C'était une petite réussite de sa part, il avait fallu un moment avant que le jeune homme puisse visité une partie de son repère bien à lui, une partie de son intimité. Et aux mots, il n'avait fait que répondre un simple « Dokey » avec son bel accent italien qui le suivait tout le temps, dans chaque mot prononcés. On devinait ben vite pourquoi le peperonni qui faisait magnifiquement ronronner et roucouler le r en énervait émotionnellement certain. Les livreurs de pizza en particulier, on l'aura deviné.

Le corps était partit, Valentino ne pouvant faire autrement qu'attendre gentiment. Quoi de mieux que sa boule de poil vivante pour occuper le temps. La porte se fit entendre, qu'il retrouva la cuisine, prenant place sur un tabouret installé près du comptoir. Le chien dans un bras, le café dans l'autre, son regard c'était encré sur l'inconnu. « Sure. »  Il attendit quelque peu, avant de continuer « You take my ingredients, but I don't even know yourr name, signore. » Il ne semblait pas être outré de ce petit manque de politesse. Les présentations, non véritablement faite dans les normes. Peut-être par la faute de son propre visage qui le faisait bafouiller dans la farine, alors on prend son temps avant de pouvoir entamer une bonne conversation. Sans plus patienter, qu'un fait souligné de sa part il fit part de sa politesse, en bon hôte qu'il était. « Do you like coffee ? You can take. I took a cup for you. » Tout juste à côté de la machine qu'il lui pointait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pookie

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 29/11/2015
Couleur : #003366

MessageSujet: Re: I licked it, so its mine ツ   Lun 25 Jan - 14:32

Ce ne devrait pas être permis. Cette voix, cet accent. Quelques petits mots, et un feu d'artifice s'énervait dans son ventre. Une fois allumé, difficile voire impossible de l'arrêter, il était lancé et s'infiltrait partout. Des petites étincelles en haut, en bas, dans chaque recoin possible. La température corporelle semblait monter, peut-être une simple illusion, mais la sensation de chaleur qui grimpait son cou et atteignait le visage lui laissait croire que peut-être, oh misère, il rougissait. Ce ne devait pas être le cas. Ce ne pouvait pas. Même devant les plus magnifiques des femmes, ce genre de réaction était impossible à déclencher chez lui. Il ne rougissait pas. Jamais.
Malgré les battements rapides de son coeur, la soudaine moiteur de ses paumes et la sécheresse de sa gorge, il offrit un sourire le plus naturel possible à son interlocuteur, appuyant nonchalament sa hanche au comptoir et dardant sur lui un regard. Tout pour s'aider, bien sûr, il sentait déjà la chaleur amplifier. Sa propre perte de contrôle était aberrante, il devait se reprendre en main immédiatement. « I'm sorry that's very rude of me. My name's Levi »

Son regard se détournait vers la machine indiquée, distraction qui était plus que bienvenue pour se laisser le temps de remettre ses idées en place. Il se servit une tasse sans plus tarder, sa première de la journée, mais quelle idée aussi d'entamer un tel plan de match sans caféine dans le corps ... Voilà qui expliquait tout. Il avait besoin de son énergie liquide, auquel cas son corps ... perdait les pédales. Comme à l'instant. « Thank you » et un petit sourire en coin, un petit nuage de lait et il avalait une première gorgée réconfortante. Ça allait mieux. C'était peut-être juste dans sa tête. Il avait vaguement l'envie de le remercier aussi pour l'invitation, mais ç'aurait probablement été de reconnaître la nature initiale de son plan, et c'était bien la dernière chose qu'il désirait. Il se contenta de déposer sa tasse, jeter un oeil au contenu de son bol et se permettre, comme on lui avait si bien offert, de rassembler les ingrédients manquants. Il était venu ici pour faire un gâteau, right ? RIGHT ?

« Where are you from? » Parce que accent, see. Et même si la réponse était plutôt évidente en elle-même, du moins en terme de pays, il osait espérer quelques détails de plus qui lanceraient une sympathique conversation; qui détournerait par le fait même le sujet sur quelque chose autre que sa présence ici de si bon matin. 

Et s'il regretta presque immédiatement son initiative, en réalisant qu'il venait de se damner à écouter à nouveau cet accent venu tout droit des enfers pour consumer son être en entier ... Il n'en laissa rien paraître.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piggy

avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 29/11/2015
Couleur : #336600

MessageSujet: Re: I licked it, so its mine ツ   Sam 6 Fév - 0:45

De la rougeur à l’état pure, de quoi bien le faire sourire en coin, tout en prenant une gorgée de son café. Son regard qui refusait de laisser sa cible tranquille, par grand amusement. Il n’était pas aveugle, il était bien au courant de l’effet qu’il pouvait lui faire, tout comme aux autres en général. Les livreurs en étaient un bon exemple, après tout. Le jeune italien avait enregistré le nom, tentant de le prononcer simplement « Levi… » Car il se devait bien de lui donner un avant-goût lorsqu’il le dirait de nouveau, si l’occasion s’y présentait.

« Valentino » car il devait bien se présenter lui de même. Et il poursuivit de la sorte, naturellement avec la suite de la conversation dirigé vers sa personne en cet instant. Le nom, puis les origines. « I’m from Italia. Or peperrroni land, like bad americans say. The pizza guy likes the word tho. » Il trouvait cette anecdote bien cocasse. Il avait dû lui faire répéter quelques fois, des babillages pas très compréhensibles, et ça n’avait été le début pout ce pauvre jeune homme qui avait cogné à sa porte. Sauf qu’il ne laissa pas la chance du débutant à Levi, et s’amusa à prononcer le fameux mot de manière un peu plus chaude que tous les autres dans ses dires. « I’m still new in here. I might not understand everything that you say. » Mine de rien, on le devinait lorsqu’il prononçait parfois quelques mots dans sa langue natale, parmis l’anglais. « What about you? » Il se doutait qu’il ne soit pas autre qu’américain, mais on ne sait jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pookie

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 29/11/2015
Couleur : #003366

MessageSujet: Re: I licked it, so its mine ツ   Jeu 11 Fév - 21:42

Heureusement pour Levi qu'il était déjà appuyé au comptoir en guise de support, car la façon dont le bel italien devant lui prononça son nom, il sentit clairement la faiblesse dans ses genoux. Comme pour empêcher les rougeurs de se répandre davantage contre son visage et sa gorge, il riva les yeux sur sa tasse de café, la portant lentement à ses lèvres pour une nouvelle gorgée. Il manqua d'ailleurs s'étouffer avec celle-ci à la mention du mot, l'agréable attention portée sur le savoureux r ... Valentino, eh ? Damn him. Se raclant un peu la gorge, glissant tout juste un regard vers l'homme, il grommela un « I understand why » tout bas en réponse. Pizza guy n'était pas tout seul en son genre, clairement pas.
Et c'était bien là le pire.

Peut-être ne comprenait-il pas tout, mais il en comprenait suffisamment pour entretenir une conversation, ce qui confrontait Levi à sa voix, à ses intonations chaudes, à ses yeux épatants aux reflets de glace qui semblaient pourtant brûler un sentier flamboyant jusqu'aux plus profonds de son âme. Parce qu'il devait bien le regarder, tandis qu'il lui parlait. Devait lui témoigner une attention qui impliquait de composer avec les sentiments conflictuels qu'il déclenchait en lui. 
Se redressant quelque peu, il déposa son café pour plutôt jeter un oeil à la recette qu'il avait apportée avec lui, question de rassembler les ingrédients manquants et procéder à la finalisation de la préparation. Elle n'allait pas poireauter sur le comptoir toute la journée non plus. « My mom's actually from Brazil, but Im an American born and raised. Been there once or twice when I was younger... I barely speak a bit of portugese, I mean I understood when my mom used to yell at me in her language, I knew I had fucked up » Il eut un petit rire et haussa les épaules. « Don't think all she does is yelling, she'd desinherit me if I made her look bad ... she's the sweetest, really »

La pâte à gâteau ayant désormais une belle texture homogène, il se tourna vers Valentino et tendit la cuillère vers lui avec un petit sourire. « Care for a taste test ? »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piggy

avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 29/11/2015
Couleur : #336600

MessageSujet: Re: I licked it, so its mine ツ   Lun 25 Avr - 23:49

Il s’amusait, définitivement, son regard attentif au simple mot, pour y capter la pleine réaction. Il était de ceux qui savaient leurs effets, leurs beautés, laissant passer ce savoir à travers tout le corps. Trop souvent en mode charmeur et provocateur de par le regard, c’était sa façon d’être qu’il avait adopté avec le temps, sans plus, sans entrer dans la tête qui s’enflait et la prétention à n’en plus finir. Car les inconvénients existaient malgré tout. L’apparence par l’apparence, de ce lien de surface, sans jamais atteindre plus de profondeur dans ses relations malgré ses prières.
 
Il écoutait, attentivement, un brin d’histoire de son voisin, souriant à la petite blague dite. Il osait espérer que ce ne soit pas vrai, autrement, il plaignait les cordes vocales de cette maman. Simple pensée, qui ne trouva pas les mots, déconcentré par la cuillère tendue. Et lui qui mangeait tout et n’importe quoi, il trouvait là tout son intérêt. Rien de meilleur que de la pâte crue. Du moins c’était son avis. Alors il tendit ce beau regard malin à Levi, s’emparant doucement de la cuillère… Mais aussi du bol. Pour y tremper joyeusement dedans, une bonne cuillérée et la déguster. « Mamamia » ça voulait sans le moindre doute dire qu’il l’aimait bien. Au diable les normes, il avait fait un double dip pour la peine.   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I licked it, so its mine ツ   

Revenir en haut Aller en bas
 
I licked it, so its mine ツ
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La mine de Poitiers : Toujours fermé !
» [ALERTE] Mine d'or de Péronne assiégée
» exploration (pv Mine de charbon)
» Crise de la mine
» 03. [Immeuble Hemmens/Catalano] The girl is mine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brickface :: Archives :: Rps Terminés-
Sauter vers: